Aujourd’hui, je suis ravie de vous offrir le résumé de mon livre préféré, l’Art de la victoire de Phil Knight, le fondateur de NIKE. Il s ’agit d’une autobiographie émouvante qui nous livre presque 20 années d’une histoire entrepreneuriale extraordinaire. S’il y a une seule citation que nous devrions retenir de ce livre, ce serait la suivante :

« Travailler dur est indispensable, disposer d’une bonne équipe est essentiel, la réflexion et la détermination sont cruciales, mais il est possible que ce soit la chance qui décide du résultat. »

A présent, je vous propose d’analyser tout cela pour comprendre la réussite de NIKE.

La réflexion et la détermination sont cruciales

« Comme tous mes amis je voulais réussir. Mais contrairement à eux, je ne savais pas ce que cela signifiait. L’argent ? peut-être. Le mariage ? Les enfants ? Une maison ? Mais au fond de moi, je cherchais quelque chose d’autre, quelque chose de plus ».

NIKE, qui à l’origine portait le nom de Blue Ribbon, est « l’idée Folle » que Phil Knight a eu pendant ses études à Stanford. En 1962, il prend la décision de créer son entreprise mais avant cela, il décide de faire le tour du monde.

« Avant de mourir ou d’être trop vieux et usé, je voulais visiter les plus beaux et les plus merveilleux endroits de la planète. »

C’est au cours de son voyage qu’il rencontre son fournisseur au Japon et décide de passer une commande de 50 dollars, alors même que son entreprise n’avait aucune existence juridique. Avant d’être une entreprise victorieuse, mondialement reconnue, NIKE a connu plusieurs moments difficiles. Phil Knight y a investi toutes ces économies, a hypothéqué sa maison. Son fournisseur l’avait trahi et aucune banque ne voulait de l’entreprise alors qu’elle était en pleine croissance et avait besoin de capitaux propres pour survivre.

Pendant les 4 premières années de l’entreprise, le fondateur ne s’est pas rémunéré.

Disposer d’une bonne équipe est essentiel

Il a choisi comme associé, son ancien entraîneur. L’optimisme et l’efficacité de ses vendeurs ont accéléré la croissance de l’entreprise. Ils avaient foi en l’entreprise et comprenaient sa vision.

« Je croyais que le monde se porterait mieux si les gens sortaient de chez eux et allaient courir quelques kilomètres tous les jours, et je croyais que ces chaussures étaient meilleures que les autres pour cela. »

« Je suivais une voie que je sentais être la mienne et, bien que ne sachant pas où elle me mènerait, j’étais prêt à poursuivre l’aventure. »

A ses début, Phil Knight vendait ses chaussures de sports depuis le coffre de sa voiture. Très vite, les clients ont afflué chez ses parents. Il a recruté sa sœur, puis un ancien camarade de la fac, Johnson qui est devenu le meilleur vendeur de NIKE et a permis à l’entreprise de conquérir le marché national.

Travailler dur est indispensable

« Je consacrais mes débuts de matinée, toutes mes fins de soirée, tous mes dimanches et tous mes jours de congés à Blue Ribbon. Je ne voyais pas mes amis, je ne faisais pas d’exercice et je n’avais pas de vie sociale ».

Certains entrepreneurs se reconnaitront sûrement dans ces propos. A ses débuts, une entreprise demande beaucoup d’investissement personnel et beaucoup de sacrifice financier et c’est ce qu’ont fait l’auteur de ce livre ainsi que sa femme Penny. Ils ont cru en leur entreprise et ont donné de leur temps, de leur argent et de leur énergie pour qu’elle réussisse.

Savez-vous ce que signifie NIKE ? Voici un indice : C’est le nom d’une déesse très connue en Grèce.

Ce résumé vous a plus ? Laissez votre avis en commentaire !

Share This