Comment maîtriser ses émotions ?

Comment maîtriser ses émotions ?

Résumé du livre, L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman.
Selon Aristote « Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. »

Les faits divers sont nombreux à être révélés dans les journaux :

· La violence faite aux femmes par leurs conjoints

· La maltraitance infantile

· Les accidents d’avion ou de voiture

· La violence faite au travail (harcèlement sexuel ou harcèlement moral…).

Tous les jours nous constatons la violence collective ou individuelle qui règne dans les pays, les écoles voire dans les familles. Cela nous désole tous. Ce sont des actes que nous condamnons.L’auteur de ce livre, Daniel Goleman, fit le même constat. C’est pour cette raison qu’il s’est servi de ses talents en psychologie pour étudier ce phénomène afin d’y apporter les explications scientifiques ainsi que les solutions pratiques pour y remédier.C’est en toute humilité que je vous décris ici, les 6 leçons que j’ai tirées du livre « L’intelligence émotionnelle » de Daniel Goleman.


1.Les émotions sont nécessaires à notre survie

2.Le corps se nourrit de nos émotions

3.La raison se nourrit de nos émotions

4.Comprendre nos émotions est indispensable

5.Comprendre les émotions des autres est indispensable

6.La réussite est indifférente à notre QI


1.Les émotions sont nécessaires à notre survie

Nos émotions sont aussi indispensables que notre motricité. Nous jouons un rôle actif ou/passif dans notre environnement immédiat. Nous parlons, marchons, saisissons des objets, etc… Nos émotions nous guident quant au comportement à adopter face aux éléments présents dans notre environnement.


Quel est le rôle de nos différentes émotions ?

· La peur

· La joie

· La tristesse

· La colère

La peur :

La peur se déclenche lorsque nous percevons un stimulus extérieur (image, bruit) que nous interprétons comme un danger. Notre cerveau libère de l’adrénaline.En général, la peur paralyse et inhibe toute réaction de notre part. Son rôle essentiel est donc de nous protéger face au danger.

· La joie

La joie nous met en euphorie. Le cerveau libère de la dopamine et nous procure un sentiment de bien-être.

· La tristesse

Elle nous permet de prendre conscience que nous avons subi une perte. Notre premier réflexe est de nous isoler. Cela nous permet de faire notre deuil et de pouvoir aller de l’avant.

· La colère

Lorsqu’une situation engendre en nous de la frustration, nous devenons en colère. Elle nous permet d’exprimer notre désaccord et de nous défendre physiquement ou verbalement.

2.Le corps se nourrit de nos émotions

Il faut savoir que chaque émotion entraîne un changement physiologique qui nous permet de faire face à la situation qui l’a provoquée.Par exemple, lorsque nous sommes en colère, le rythme cardiaque augmente et le sang afflue en quantité vers les mains. Ainsi nous sommes prêts à nous défendre.Par ailleurs, les émotions négatives peuvent nous rendre malades ou entraîner un handicap temporaire ou permanent. Les personnes colériques sont plus susceptibles d’avoir des problèmes cardiaques que les autres.La tristesse peut entraîner une forte dépression chez la personne qui la subit.C’est pour cette raison qu’il est important d’identifier nos émotions afin de les comprendre pour mieux les gérer.

3.La raison se nourrit de nos émotions

Daniel Goleman a remarqué que nos décisions sont guidées par nos émotions non par notre esprit rationnel. C’est pour cette raison que les personnes colériques n’arrivent pas à donner des explications rationnelles à leur comportement néfaste.En effet, notre cerveau est divisé en deux parties :

· Le cerveau émotionnel, siège de nos émotions

· Et le cerveau rationnel, siège de notre raison

Le cerveau émotionnel est constitué notamment du système limbique, de l’amygdale, de l’hypothalamus. Le cerveau rationnel a son siège au niveau du cortex cérébral.Lorsque nos deux cerveaux travaillent en synergie, nous sommes des êtres capables de reconnaître, de comprendre et maîtriser nos propres émotions et de composer avec les émotions des autres personnes.

Aussi, les personnes qui manquent d’intelligence émotionnelle :

– Blâment les autres pour les réactions qu’ils provoquent chez eux

– Stressent facilement

– Se vexent facilement- Jugent rapidement les autres etc…

L’intelligence émotionnelle est une compétence que nous pouvons améliorer tout au long de notre vie pour apprendre à :

– Identifier notre état émotionnel et celui des autres

– Comprendre le déroulement naturel des émotions- Raisonner sur nos propres émotions et celles des autres

– Gérer nos émotions et celles des autres.

4.Comprendre nos émotions est indispensable

Avant de comprendre nos émotions, il faut apprendre à les identifier et à les nommer. Par exemple, lorsque vous devez prendre la parole en public et que vos mains deviennent moites, vous savez qu’il s’agit du trac, de la peur.Cette peur se manifeste très fortement lorsque nous ne sommes pas habitués à prendre la parole. Le cerveau perçoit que nous ne sommes pas à l’aise d’où son envie de nous protéger de cette situation inconfortable.Identifier et prendre en compte notre peur de parler en public nous permet de ne pas agir de façon irrationnelle. Par exemple, prendre la fuite devant une telle situation.Ce qu’il faut faire, c’est enrichir notre vocabulaire émotionnel afin de pouvoir nommer chaque émotion que nous éprouvons. La prochaine étape est d’identifier le message qu’elle essaie de nous transmettre.

5.Comprendre les émotions des autres est indispensable

Une fois que nous avons franchi l’étape de l’identification de nos propres émotions, il nous sera beaucoup plus facile d’identifier celles des autres.Chaque émotion ressentie est déclenchée par un stimulus extérieur. Ce stimulus va déclencher une réaction physiologique qui va se manifester physiquement.Les émotions les plus fréquentes sont :- La peur- La joie- Et la colère

Lorsque votre interlocuteur en fait l’expérience, vous pouvez facilement les identifier grâce à son regard, sa posture et sa respiration.Exemple : Chez une personne en colère, ses membres se raidissent, il fait les gros yeux, ses mâchoires sont serrées et ses traits sont déformés.Face à une telle situation, le mieux est d’identifier le stimulus qui engendre cette peur et de le remplacer par un autre. La solution la plus efficace, est de garder son calme et de ne rien dire.

6.Notre réussite est indifférente à notre QI

La qualité des relations que nous créons et entretenons avec les autres dépend de notre intelligence émotionnelle. L’intelligence émotionnelle nous permet d’adopter les valeurs qui correspondent à nos objectifs.

Ainsi, lorsque certaines situations se présentent à nous, nous adoptons le comportement le mieux adapté.L’intelligence émotionnelle nous dote de l’empathie nécessaire pour mieux communiquer avec les autres et de résoudre les conflits.

Par exemple, face à une personne qui ne nous respecte pas, nous savons exactement comment faire pour que son attitude change à notre égard. Et si cela n’est pas possible, nous nous en séparons. C’est ça l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle est différente de notre quotient intellectuel qui se limite à résoudre les problèmes techniques auxquels nous sommes confrontés.

Par exemple : Un manager doit être doté d’une forte intelligence émotionnelle pour pouvoir mieux gérer ses équipes. Cela signifie qu’il sait écouter ses salariés et comprend ce qu’ils ressentent. Aussi, sa maîtrise de lui-même lui permet de mieux gérer les conflits au travail et d’atteindre des résultats collectifs et individuels exceptionnels.

Comment mieux gérer le stress ?

Comment mieux gérer le stress ?

Nous sommes tous concernés par le sujet, du bébé à l’adulte. Bien sûr, les raisons qui vont le déclencher ne sont pas les mêmes mais ses effets néfastes pour la santé physique et mentale ont été prouvés par diverses études scientifiques.

On distingue le stress chronique du stress aigu. Le premier est très nocif pour la santé car il a tendance à s’encrer de façon permanente lorsqu’il n’est pas pris en charge rapidement. Le second n’est que la conséquence d’événements inhabituels ou ponctuels, tels que passer un examen important ou prendre la parole en public.
Dans le billet d’aujourd’hui, je vous propose 4 outils pour mieux gérer le stress. 

1. Mieux s’organiser

Si vous vous sentez souvent débordé, c’est qu’il est sans doute temps de mettre de l’ordre dans votre vie. En effet, une bonne organisation permet de réduire de façon significative les maux de têtes chroniques lorsqu’elles ne sont pas liées à une pathologie quelconque. Vous deviendrez également moins susceptible. Si vous êtes vraiment débordé, commencez par les tâches prioritaires, celles qui sont en retard. Vous vous sentirez soulagé et boosterez votre capital confiance. 

2. Mieux respirer

La majorité des gens sollicitent leurs thorax pour respirer. Or, la respiration diaphragmatique est meilleure, en ce qu’elle nous permet de mieux oxygéner notre cerveau et d’optimiser notre système immunitaire. Ce n’est pas une respiration naturelle. Aussi, certaines activités la favorisent, telles que la méditation ou le yoga. Ils dissipent l’anxiété sur le long terme. 

3. Faire de l’exercice physique

La sédentarité engendre l’anxiété. Une étude australienne l’a démontrée. Par ailleurs, le sport nous procure de la dopamine, l’hormone du plaisir. C’est sans doute pour cette raison que certains y sont accros. Par ailleurs, pratiquer du sport, ne signifie pas, devenir un sportif de haut niveau. Une marche quotidienne de 30 minutes par jour peut largement suffire. 

4. En parler pour s’en sortir

Le stress crée un cercle vicieux car plus nous nous sentons mal dans notre peau, plus nous avons tendance à nous isoler. Et lorsque nous sommes stressés, nous avons tendance à privilégier inconsciemment les pensées négatives. C’est pour cette raison qu’il est important d’en parler autour de soi pour trouver l’aide nécessaire pour s’en sortir.

En attendant vos idées enrichissantes, je vous propose de découvrir le sujet d’aujourd’hui en vidéo.=====>Cliquez ici pour lancer la vidéo !

J’espère que ces informations vous ont été utiles.

Cliquez ici pour accéder notre chaîne YouTube. Nous y publions une vidéo par jour.

Commentez, likez et partagez ces informations avec un ami qu’elles pourront aider.

A bientôt sur mrhblog.com

Savoir écouter pour mieux communiquer

Savoir écouter pour mieux communiquer

Vous est-il déjà arrivé de sentir un certain agacement dans la situation suivante :

Vous avez une discussion intéressante, selon votre point de vue, avec une personne, qui est en fait concentrée sur son fil d’actualité Facebook ou autre…

Vous estimez que c’est un manque de respect et sans doute avez-vous pris congé de cette personne ou au contraire, avez-vous subi son mauvais comportement en attendant sagement qu’elle soit disponible.

Et vous ? êtes-vous toujours entièrement disponible, lorsque qu’une personne vous parle ?

J’entends par entièrement à l’écoute, le fait de respecter les 5 attitudes suivantes :

  • Ne pas interrompre l’autre

C’est un exercice difficile qui est de se taire et laisser l’autre aller jusqu’au bout de son propos. En effet, nous sommes souvent tentés de l’interrompre ne serait-ce que pour finir ses phrases à sa place. Interrompre son interlocuteur est une attitude vraiment désagréable pour celui qui essaie de s’exprimer entièrement. Parfois, un ami peut venir nous parler de ses problèmes et nous trouvons le moyen de parler des nôtres. Même s’ils sont similaires, l’autre ne se sent pas pour autant écouté et compris. Et on commence à prodiguer des conseils non sollicités, ce qui peut être encore plus déconcertant pour notre interlocuteur.

Il est important de laisser son interlocuteur s’exprimer jusqu’au bout pour qu’il puisse se libérer. C’est l’occasion d’apprendre de son expérience et de constater qu’au fond nous ne sommes pas si différents que cela.

  • Ne rien faire d’autre à part l’écouter

C’est important de ne pas décourager notre interlocuteur en s’affairant à faire autre chose que de l’écouter attentivement. En effet, si vous commencez à répondre à vos SMS pendant que l’autre parle, c’est une façon de lui signifier qu’il est trop bavard et que ce qu’il raconte ne vous intéresse pas. Il y a des attitudes plus éloquentes que les paroles. Alors, si vous êtes vraiment disposé à écouter l’autre, le mieux est de ranger votre téléphone, fermer votre ordinateur, et de vous pencher vers elle pour être vraiment attentif à ce qu’il dit. Peu importe si vous êtes pressé, le mieux, c’est vraiment de s’asseoir et de discuter. Si vous n’êtes vraiment pas disponible, vaut mieux lui proposer de revenir vous voir quand vous le serez au lieu de lui prêter une oreille distraite.

  • Diriger votre regard sur votre interlocuteur

Le regard est très important. C’est lui qui va vous révéler l’état d’esprit de votre interlocuteur. Est-il triste, en colère, heureux ? Ainsi, vous adopterez la bonne attitude et surtout les bons mots avec lui. Cela aide à éviter les malentendus. En nous imprégnant de l’émotion de l’autre tout en restant objectif, cela développe notre empathie. On sourira ainsi au bon moment.

Le fait de détourner le regard va signifier à l’autre que vous vous ennuyez et que cela ne vous intéresse plus de poursuivre la conversation. Vous avez sans doute déjà utilisé cette technique pour décourager un(e) prétendant(e) indésirable.

  • Poser des questions pour avoir plus de détails

C’est un véritable savoir faire que de poser les bonnes questions. C’est une méthode très efficace pour connaître les vraies motivations d’une personne. Cette méthode est très utilisée par les vendeurs. Il y a deux catégories de questions que j’affectionne particulièrement :

  • Les questions ouvertes de la méthode QQOQCP (qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi). Elles favorisent l’instauration d’un climat de confiance. Leurs réponses nous livrent des informations utiles sur notre interlocuteur.
  •  Les questions fermées ont pour objectif d’aider notre interlocuteur à prendre position et à se décider sans subir de sa part de longues hésitations. Je les privilégie notamment lors de la fixation d’un rendez-vous.
  • Reformuler les phrases importantes

Une fois, j’ai voulu reformuler une phrase d’un prospect et j’ai dit exactement tout le contraire de ce qu’il venait d’exprimer. Bon je me suis excusée. C’est un exercice très difficile mais vraiment utile. Soit, on reprend exactement les mêmes termes que l’autre, soit on modifie quelques termes dans l’objectif d’être vraiment sûr d’avoir compris.

Exemple :

  • Nous partons à 13 heures (ici, 13 heures peut être confondu avec 16 heures)

Il y a plusieurs façons de reformuler la phrase, notamment : 

  • Tu veux qu’on parte à une heure de l’après- midi ?

Autres exemples :

  • Je suis rassasié
  • Tu n’as plus faim ?

L’écoute active est un signe de respect et d’estime de l’autre. Elle renforce la confiance tant dans nos relations personnelles que professionnelles. C’est une qualité si rare que si vous l’avez, votre interlocuteur vous soulignera certainement à quel point cela lui a fait plaisir de s’entretenir avec vous, même si vous n’avez presque pas dit un mot de toute la conversation.

Elle met au défit notre égo, en ce qu’elle nous contraint à comprendre ce qui est important pour l’autre mais pas forcément pour nous.

J’espère que ces informations vous ont été utiles.

Cliquez ici pour accéder notre chaîne YouTube. Nous y publions une vidéo par jour.

Commentez, likez et partagez ces informations avec un ami qu’elles pourront aider.

A bientôt sur mrhblog.com

Le langage non verbal

Le langage non verbal

Dans ce nouveau billet, nous allons voir ensemble, 6 attitudes qui influencent votre communication non verbale.

  1. Votre tenue vestimentaire
  • Notre apparence influence le jugement des autres

Exemple : Lorsque vous voyez une personne très négligée, dont les vêtements sont sales. l’idée même de la fréquenter peut vous rebuter.

Imaginez-vous arriver à un entretien d’embauche, pour un poste de vendeur, avec une barde d’une semaine et les vêtements de la veille.

Vous savez pertinemment que vous allez droit à l’échec, donc, vous ferez un effort sur ce point.

  • Nos vêtements parlent pour nous

Ils informent les autres sur notre profession, notre âge, notre milieu social, notre culture, voire notre religion.

  • Nous faisons plus confiance à une personne bien habillée

Ce n’est pas pour rien que certains banquiers portent un costume et une cravate.

2. Votre posture lorsque vous avez confiance en vous

Dans la rue, vous remarquez immédiatement une personne qui a confiance en elle :

  • Elle se tient droit
  • Ses épaules sont en arrière
  • Sa poitrine ouverte reflète une respiration maitrisée
  • Ses pieds sont fermement ancrés sur le sol et son poids est réparti uniformément sur les deux jambes

3. Votre posture lorsque vous manquez de confiance en vous

La posture influence également notre motivation et notre bien-être.

En effet, il est scientifiquement prouvé qu’on peut modifier notre état d’esprit en modifiant notre posture. Lorsque vous vous sentez déprimé ou démotivé, jetez un coup d’œil sur vous :

  • Les paupières tombent
  • La  bouche forme un cercle vers le bas
  • L’entre-sourcils est plissé
  • La tête est penchée en avant et le corps en arrière
  • La voix est basse et presque en pleurs

4. Votre regard

« Les yeux sont les miroirs de l’âme ». En effet, le regard communique aux autres :

  • Nos intentions

Exemple : vous avez besoin d’un dossier précis dans votre bureau, vous commencez par fixer ce dossier avant d’entamer une quelconque action. Si une personne remarque votre intention, soit elle saisira le dossier pour vous, soit, elle vous demandera si c’est bien ce dossier que vous voulez.

Cela fonctionne également lorsque vous avez très envie d’embrasser votre femme.

  • Nos émotions

Les émotions sont difficiles à cacher car le regard ne ment jamais. Il dévoile la colère, la joie ou la tristesse.

5. Votre sourire

Comme c’est agréable d’avoir dans son entourage une personne qui a la joie de vivre et qui vous contamine en permanence.

En effet, le sourire est bon pour la santé et excellent pour l’humeur.

Citons deux types de sourire :

  • Le sourire de bienvenue

Exemple : Le sourire sincère  de la caissière de votre super marché préféré, vous signifie qu’elle est ravie de vous voir à sa caisse. Celui de votre mère lorsque vous lui rendez visite. Celui de votre enfant lorsque vous franchissez la porte de votre maison….

  • Le sourire complice

Celui là révèle notre entente, notre relation intime avec la personne avec laquelle on le partage.

Exemple : Lorsque ma fille aînée essaie de négocier et qu’on se sourit mutuellement car c’est difficile pour moi de résister.

6. Votre voix

On peut identifier une personne rien qu’au son de sa voix même s’il arrive parfois de confondre les voix des membres d’une même famille.

Vous pouvez moduler quatre aspects de votre voix :

  • Le timbre (du grave au plus aigu)
  • L’intonation (pour capter l’attention de votre interlocuteur et selon le contexte, elle peut être chaleureuse, puissante ou froide)
  • Le volume (une personne timide aura tendance à parler trop bas)
  • Le débit (l’anxiété nous pousse à parler trop vite devant un public par exemple)

J’espère que ces informations vous ont été utiles.

Cliquez ici pour accéder notre chaîne YouTube. Nous y publions une vidéo par jour.

Commentez, likez et partagez ces informations avec un ami qu’elles pourront aider.

A bientôt sur mrhblog.com

Se payer en premier ou l’art d’augmenter ses revenus.

Se payer en premier ou l’art d’augmenter ses revenus.

  • L’argent ne suffit jamais

Peu importe ce que vous gagnez, vous connaîtrez des périodes de récessions personnelles. Il est alors important de gérer efficacement toutes les rentrées d’argent afin d’avoir la discipline nécessaire pour le faire fructifier.

Il est certain que seul l’argent ne rend pas heureux mais lorsqu’on en manque, cela engendre un stress quasi permanent car il faut bien payer les factures, se nourrir et se vêtir.

Lorsqu’on est en couple, les difficultés financières peuvent fragiliser la relation car le problème n’est pas le manque d’argent mais la mauvaise gestion de celui-ci et ce que cela révèle sur notre caractère.

  • Respecter les règles d’or

J’ai découvert ce principe dans le livre, « L’homme le plus riche de Babylone » de George S. Clason. Le riche Arkad, le personnage principal, prône 7 règles qui mènent vers la richesse, permettant ainsi de mettre fin aux difficultés financières de celui qui les applique :

1.Commencer à gagner de l’argent

2.Contrôler ses dépenses

3.Faire fructifier son argent

4.Protéger son patrimoine contre la perte

5.Faire de sa maison un investissement rentable

6.S’assurer d’un revenu pour l’avenir

7.Augmenter son habilité à acquérir des biens

  • Cela donne quoi en pratique ?

Il vous suffit de pratiquer les principes suivants et vous améliorerez sur le long terme votre situation financière :

1.Épargner 10% de son salaire

C’est une règle que j’ai eu personnellement du mal à observer car aussi longtemps que je me souvienne, il y a toujours eu des dépenses imprévues.

A présent, lorsque l’hiver financier sonne à ma porte, peu importe s’il est source d’avalanche, je peux me réconforter en me disant qu’au moins j’ai épargné.

Cette habitude comprend deux avantages :

  • Un soutien psychologique important pendant la traversée du désert ;
  • Lorsqu’une opportunité se présente (reprendre ses études, déménager, démissionner, se former, créer son entreprise, acheter une maison), cette épargne représente un apport non négligeable est souvent, une argumentation de qualité pour notre banquier.

2.Investir 10% de son salaire

Pensez à investir dans une activité ou un bien qui engendrera à son tour des revenus sur le moyens ou le long terme :

  • Créer une entreprise
  • Acheter un appartement et le mettre en location
  • Se former pour augmenter son savoir, son savoir être et son savoir faire
  • Investir dans l’éducation de vos enfants car leur réussite sera indirectement la vôtre
  • Investir dans des sociétés

3.Donner 10% de son salaire

Le don est encouragé par toutes les religions, et il participe fortement à notre bonheur.

Personnellement, peu importe ma situation financière, je donne 10% de mon salaire tous les mois si ce n’est plus.

Cela me motive si bien que le travail n’est pas une contrainte pour moi. C’est l’occasion de gagner plus et de donner plus. Car je sais que si je réussis à aider ne serait ce qu’une personne dans ma communauté, j’aide indirectement toutes les personnes qui auront besoin d’elle.

Vous pouvez donner directement de l’argent, ou offrir quelque chose d’utile aux personnes qui sont dans le besoin.

4.Augmenter ses revenus

Il n’y a pas de raison de gagner le même salaire toute sa vie. Vous êtes une personne intelligente et talentueuse. Il y a forcément une compétence qui, si vous l’améliorez au quotidien, vous permettra de :

  • Postuler à un emploi très bien rémunéré, voire, être la proie des chasseurs de têtes
  • Gravir les échelons au cours de votre carrière
  • Créer une entreprise prospère …

Je sais que vous travaillez déjà très dur. Que vous n’êtes peut-être pas payé comme vous le souhaitez. Mais si vous persévérez, vous serez hautement rémunéré.

5.Vivre en dessous de ses moyens

Il n’est pas rare que nos dépenses augmentent proportionnellement avec nos revenus.

Quand j’étais étudiante, je suis passée de 300 euros à 1200 euros par mois, sans presque aucune charge et j’ai offert mes maigres revenus à toutes les boutiques qui se trouvaient sur mon trajet.

Je sais à quel point c’est difficile de respecter cet impératif.

J’ai mis quelques astuces en place :

  1. Acheter des vêtements pas chers de meilleure qualité.
  2. Jeter ou donner les vêtements et les chaussures que je ne mets pas avant d’en acheter d’autres.
  3. Manger sainement. C’est plus économique.
  4. Instaurer une politique «zéro gaspillage»

6.Rester discipliné dans la pratique de ces nouvelles habitudes

  • C’est la phase la plus dure à respecter dans toute nouvelle habitude. C’est pour cette raison que je vous conseille d’aller à votre rythme car vos anciennes habitudes vont faire obstacle à vos nouvelles résolutions.
  • Commencez par épargner 1% de votre salaire tous les mois et n’y touchez pas pour quelques motifs que ce soit.
  • Pour diminuer vos dépenses, évitez de vous rendre dans un magasin physique ou en ligne sans avoir élaboré au préalable, votre liste d’achats. Fixez également votre budget maximum. Si vous avez du mal à le respecter, au départ, laissez-vous une marge de 20€ maximum.
  • Commencez par donner de votre temps. Si vous côtoyez au moins une fois par semaine, une personne dans le besoin, pendant un mois, vous finirez par lui offrir le nécessaire.

J’espère que vous avez profité pleinement de ces informations.

Cliquez ici pour accéder à notre chaîne Youtube.

Commentez, likez et partagez ces informations avec un ami.

A bientôt sur mrhblog.com

Tout arrêter (Ou l’art de ne plus se torturer…)

Tout arrêter (Ou l’art de ne plus se torturer…)

Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver dans une impasse ?

  • Ne plus être inspiré au travail
  • Rencontrer un problème qui paraît insoluble
  • Manquer d’autorité face à vos enfants

Dans cette situation, les réactions courante sont les suivantes :

  • On s’entête

Nous restons continuons à employer des mots ou à entretenir un comportement inefficace.

  • Les pensées négatives surgissent

Nous commençons à juger l’autre négativement voire à nous dénigrer par manque d’estime de soi.

  • Les sentiments négatifs coulent à flot (la peur, la frustration, la colère…)

Notre impuissance nous met dans tous nos états et voilà que la colère, la peur, ou la frustration nous domine.

  • Les plaintes dominent (mon patron est injuste, mes enfants sont insupportables, ma femme me rend fou, mes parents exagèrent, mes voisins sont mal élevés etc…)

Nous nous positionnons en victime alors qu’il vaudrait mieux prendre nos responsabilités pour agir en conséquence.

Et si vous faisiez une pause ?

1. Chasser les pensées négatives

Face à toute situation, aussi inconfortable soit elle, se sont nos pensées négatives qui amplifient le problème voir le crée. Ensuite, lorsque nous laissons ces pensées destructrices prendre le contrôle, nous réagissons de façon inadaptée, donc inefficace.

En fait, ce qu’il faut se dire en cas de problème, c’est que nous ne sommes pas le seul à en faire l’expérience. Tous les êtres humains ont cela en commun. Nous rencontrons tous des problèmes plus au moins graves, tout au long de notre vie. Que ce soit les problèmes d’argent, les problèmes familiaux ou les problèmes au travail …

Lorsque nous prenons conscience de ce fait, cela aide déjà un peu.

A présent, vous pouvez chasser vos pensées négatives. Ça va aller, tout finit par s’arranger.

Les pensées négatives sont un poison redoutable. Elles peuvent nous rendre la vie très difficile. C’est une véritable torture.

J’en ai déjà fait l’expérience et j’imagine que vous également.

Depuis que j’ai décidé de n’entretenir que des pensées positives, peu importe les événements, je fais l’expérience du bonheur à l’état pur. Mon niveau de stress est presque égal à zéro car je sais comment stopper toute pensée improductive.

Avant de vous faire part de mes différentes techniques, je tiens à souligner encore une fois, que l’image que l’on se crée face à un problème est souvent le seul problème à résoudre.

En effet, une pensée négative engendre une réaction improductive.

2. Identifier son besoin immédiat

Chaque être humain a besoin de : sécurité, intimité, distraction, autonomie…

Avez-vous besoin de repos ? De manger ? De reconnaissance ? D’autonomie ?

Tant que vous n’aurez pas identifier votre besoin immédiat, il vous sera impossible de trouver une solution pérenne. Il est important d’observer une méthode qui fonctionne pour pouvoir vous débarrasser définitivement du problème.

Que pouvez-vous faire pour satisfaire immédiatement ce besoin ?

Exemple : J’ai déjà eu un manager qui, limite, me fliquait. Il voulait savoir à la minute près tout ce que j’avais accompli pendant mes heures de travail.

Mon besoin d’autonomie était sérieusement menacé.

3. Se concentrer sur les faits

  • Observer la situation sans la juger, sans se juger

Exemple : Mon manager voulait s’assurer que je remplissais mes obligations professionnelles, pour pouvoir rendre des comptes détaillés à ses supérieurs hiérarchiques.

  • Noter les erreurs et les réussites

Exemple : Je devais établir un rapport hebdomadaire sur l’avancée des projets en cours. Je le faisais dans un cahier, avant de le rédiger sur Word le vendredi, puis de le publier sur l’ENT.

  • Identifier ce qui n’a pas fonctionné

Exemple : Ma méthode empêchait mon manager de prendre connaissance progressivement de l’avancée des projets.

  • Abandonner ce qui n’a pas fonctionné

Exemple : Je me suis mise à sa place, et j’ai compris que ma méthode le stressait. Il ne pouvait pas avoir les infos quand il le voulait. Son besoin de sécurité n’était pas satisfait.

  • Privilégier ce qui a fonctionné

Je lui ai donc proposé un compromis. Lui envoyer par courriel tous les jours, une copie du compte rendu. Ensuite, l’améliorer le vendredi, pour le mettre à la disposition de tous sur l’ENT.

Il a accepté et tout le monde était satisfait.

Il est parfait indispensable de respecter les étapes ci-dessous pour ne pas amplifier un problème ou un conflit.

4. S’éloigner du problème

  • S’isoler

Vous pouvez vous isoler temporairement le temps de vous remettre de vos émotions. En effet, dès fois la colère est telle que pour éviter de dire des mots blessants que l’on regrette toujours, le mieux c’est de mettre temporairement une distance entre vous et la personne qui vous irrite.

Ensuite, pratiquez l’inspiration profonde. Cela va non seulement vous aider à vous relaxer, mais c’est une technique qui atténue la fatigue.

Avec la bouche fermée, inspirez lentement et sans forcer par le nez. Pour vous aider, imaginez-vous en train de remplir d’air votre ventre en commençant par le bas. Une fois que vous avez atteint une inspiration maximale, retenez votre souffle pendant 3 secondes.

Enfin, expirez, lentement et calmement, jusqu’à ce qu’à vider complétement vos poumons. Tirer sur la ceinture abdominale permet de s’assurer que les poumons sont vides de tout l’air qu’ils contenaient.

Répétez ces étapes 3 fois minimum et aussi souvent que vous en ressentez le besoin.

  • Aller marcher

Une étude américaine a clairement démontré que la marche permet de booster son efficacité (Marily Oppezzo et Daniel L.Scwartz chercheurs à l’Université de Stanford). D’ailleurs, dans son livre, Écriture : Mémoires d’un métier, Stephen King confesse qu’il marche tous les jours.

Personnellement, j’en ai fait une habitude quotidienne et cela fonctionne parfaitement pour moi.

Aller faire un tour permet de prendre du recul et de mieux étudier la situation pour trouver les meilleures idées possibles à sa résolution.

  • Se taire

Vous connaissez sans doute le proverbe « Le silence est d’or ». En effet, dans une situation conflictuelle, le silence est beaucoup plus éloquent que la parole car dans cette situation souvent, nous n’employons pas des mots tendres envers notre interlocuteur. Nous avons plutôt tendance à déverser toute notre colère sur lui ou elle. Pour ne pas avoir à regretter, puis à s’excuser encore et encore, vaut mieux se taire le temps de se calmer.

5. Changer de stratégie

  • Adopter une autre attitude

Face à un problème, il peut nous arriver d’adopter une attitude qui ne fait que l’empirer. Il est alors important de se remettre en question et d’agir autrement.

  • Changer le contexte ou les circonstances

Souvent, il suffit de modifier un élément dans une situation pour éliminer un problème.

Exemple : Je voulais que ma fille cesse de jouer avec la prise de sa chambre, j’ai tout simplement posé un cache pour éviter de lui rappeler le danger plusieurs fois par jour.

  • Changer d’environnement

Parfois, nous pouvons être contraint de démissionner, de licencier un salarié ou de déménager pour pouvoir aller de l’avant.

  • Adopter un autre langage

Le langage non verbal est beaucoup plus parlant que le langage verbal. Le fait de ne pas sourire, de froncer les sourcils, de pointer du doigt… peut déclencher des conflits.

6. Chercher de l’aide

  • Faire appel à nos réussites passées

Il y a des problèmes qui se répètent et qu’on peut réussir à résoudre grâce aux leçons que nous tirons de nos expériences passées.

  • Demander conseils aux autres

Il y a forcément une personne qui a déjà connu les mêmes difficultés que nous et qui a réussi à les résoudre. On peut alors lui demander conseils.

  • S’informer sur le sujet de nos préoccupations

Aujourd’hui avec internet, le manque d’expérience n’est plus une excuse. Nous pouvons tout y apprendre sur les blogs, les chaînes YouTube est les réseaux sociaux.

Tout arrêter ne signifie pas abandonner mais adopter une stratégie de résolution efficace face à une impasse.

J’espère que vous avez profité pleinement de ces informations.

Cliquez ici pour visualiser la vidéo YouTube de cet article.

Commentez, likez et partagez ces informations avec un ami.

A bientôt sur mrhblog.com